Terra Lorraine, l’imposture électorale de Patrick Weiten

Terra Lorraine, l’imposture électorale de Patrick Weiten

Le républicain Lorrain
Illange, c’est fini ! annoncent les médias en ce mardi 15 décembre 2015. ITEC – Terra Lorraine, cette plateforme commerciale chinoise pour professionnels basée sur 230 000 m2 de la zone d’Illange propriété du Département, où 2000 PME chinoises viendraient créer 3000 emplois… dans un premier temps, n’est ce pas M. Weiten ?
Hasard ? les élections régionales viennent de se conclure par une coalition de l’ensemble des appareils politiques contre le Front National pour faire élire Philippe Richert. Et avec lui, la tête de liste pour la Moselle, le président du Conseil départemental UDI, Patrick Weiten, qu’on dit promis à de hautes fonctions dans la future assemblée.

C’est tout de même ennuyeux, une annonce de cette importance qui attend depuis (au moins) vendredi 11 décembre sur le bureau de Patrick Weiten. Les élections sont passées, et les Mosellans n’auront pas pu dire à l’élu mosellan ce qu’ils pensent de ses promesses d’un avenir prospère avec Terra Lorraine.

Encore une fois, seul le Front National a vu clair ! Dès l’annonce du projet en février 2012, je dénonçais Terra Lorraine, cheval de Troie de la mondialisation :

Terra Lorraine, caricature de la mondialisation modèle réduit : si on enferme dans un bocal des entreprises chinoises et des entreprises françaises désireuses d’exporter, qui peut croire que les secondes ne seront pas mangées tout cru ? Qualifié de « tête de pont pour les entreprises chinoises » (Républicain Lorrain du 28/02/12) le projet porté par des capitaux chinois ressemble en effet à une machine de guerre, dans le contexte de libéralisme mondialisé où notre économie lutte à armes inégales avec des pays comme la Chine, pratiquant le dumping social, économique et environnemental.

2012-terra-lorraine-inauguration
Extrait de Correspondances lorraines

En octobre 2012, j’annonçais que je boycotterais l’inauguration, à laquelle tous les élus mosellans se pressaient, certains à gauche émettant tout de même des doutes bien timides sur la réalisation du chantier par des entreprises locales. Une délégation officielle mosellane revenait de Chine en novembre 2012 avec des promesses d’engagements à foison : plus de 500 PME chinoises voulaient venir !

L’Usine Nouvelle 16 janvier 2015
L’Usine Nouvelle 16 janvier 2015

Les retards au démarrage du chantier et le manque de transparence du financement, détaillé entre autres sur notre site ont fait émerger progressivement des questionnements. Mais P Weiten, droit dans ses bottes, continuait d’affirmer qu’il contrôlait la situation, notamment lors de ses Voeux 2014 : « Terra Lorraine ce n’est plus un projet, c’est un chantier ! » Même l’annonce d’un projet similaire à Moscou n’entamait pas son optimisme forcené, alors que je mettais en garde sur une déstabilisation du territoire suite au défaut prévisible de Terra Lorraine.

Quant aux 3000 emplois prévus (dans un premier temps…) Patrick Weiten ne perdait pas une occasion de les faire miroiter, notamment lors de sa tournée des cantons puis en campagne électorale pour le renouvellement du conseil départemental en mars 2015.

On ne sait ce qui est le pire dans cette affaire :

• La duplicité d’avoir attendu le lendemain des élections régionales pour avouer que le projet était à l’eau ?
• Ou encore le cynisme d’avoir joué avec les espoirs des Mosellans, confrontés à la pire des difficultés, la recherche infructueuse d’un travail ?
• Ou bien enfin, l’irresponsabilité politique de promouvoir ce projet qui, si d’aventure il avait créé des emplois, en aurait détruit bien plus dans ce qui subsiste encore du tissu industriel et entrepreneurial de notre région ? Les acteurs lorrains de la filière bois asphyxiée par la Chine pourraient raconter leur galère !

Patrick Weiten doit maintenant rendre des comptes aux Mosellans. Après ce magistral échec, cet homme qui n’a cessé pendant la campagne des élections régionales de prendre de haut le Front National, de nous donner des leçons de gestion, et de faire peur aux électeurs en caricaturant nos propositions (les 100 000 frontaliers qui perdraient leur emploi avec le FN !) devrait avoir la décence de remettre en jeu un mandat qu’il a usurpé.

Françoise GROLET
Conseiller régional Alsace Champagne Ardenne Lorraine
Conseiller municipal de Metz

pourmetz.com

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Print this page